Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 418

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 438

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 562

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 596

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 597

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 598

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 739

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 743

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 746

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 57

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_filtres.php3 on line 259

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_filtres.php3 on line 259

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_filtres.php3 on line 24

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 537

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 901

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 955

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 956

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 957

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 958

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 959

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 960

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 961

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 962

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 963

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26
Libération : Entretien avec le Président de l'IER
Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85
Royaume du Maroc - Instance Equité et Réconciliation  

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Libération : Entretien avec le Président de l’IER

Calme, serein et la conscience tranquille, Driss Benzekri nous a longuement reçus pour en dire plus sur la fin de la mission de l’Instance Equité et Réconciliation aux destinées de laquelle il a présidé pendant 23 mois. Contextualisation des faits, détermination des responsabilités, acteurs des violations, personnes disparues au sort inconnu, réforme de l’appareil sécuritaire, le président de l’IER -qui est aussi à la tête du CCDH- fait des révélations dans l’une de ses toutes premières sorties médiatiques.

Libération :Le rapport final de l’Instance Equité et Réconciliation a été remis au Souverain. C’est un rapport en six volumes qui comprend également des recommandations. Quelles sont les principales conclusions auxquelles vous avez abouti au terme de votre mission ? A quelles réalités et quelle vérité êtes-vous parvenu après 23 mois de travail et d’investigations ?

Driss Benzekri : Pour évaluer de façon globale, nous avons encore besoin de recul. Le débat qui va s’ouvrir maintenant va permettre de clarifier les choses. On peut d’ores et déjà dire que nous avons, pour notre part, travaillé avec probité, impartialité et avec tout l’engagement moral et humain pour faire la vérité sur cette période. A un premier niveau, nous avons clarifié la problématique des violations graves et pour ce faire nous avons examiné au cas par cas les faits et les types des violations. Nous avons également clarifié un certain nombre de cas de violations dans lesquels nous donnons des précisions dans le rapport. Le travail de recherche de la vérité a été pour nous l’occasion de mener un double processus : l’établissement des faits et aussi un travail d’éducation à la vérité, à la justice, une sorte d’apprentissage de la démocratie et du dialogue, un débat pluraliste sur le passé du Maroc non pas pour s’y complaire mais pour faire surgir dans le présent des projets d’avenir, faire partager des valeurs communes dans un vivre-ensemble. Cela a été l’objet des audiences publiques, des concertations, des débats contradictoires sur la lecture de l’Histoire. Je rappelle cela parce que les expériences de la première génération des commissions de vérité, nées dans des équilibres politiques assez complexes, ont fait que la plupart des premières commissions vérité ont cherché à fabriquer une sorte de récit consensuel. Ce n’est pas du tout le cas de l’Instance Equité et Réconciliation. Nous ne donnons pas une lecture imposée. Nous rappelons les faits, nous analysons les contextes juridiques et institutionnels des violations mais nous nous sommes interdits de dire « telle est la lecture de l’histoire ». Tout au long des 23 mois qu’a duré notre mission, nous avons mené un débat de fond sur ces questions pour faire émerger une lecture pluraliste et en disant que les historiens et les acteurs socio-politiques doivent faire leur travail, l’Etat doit réorganiser les archives. Il s’agit en fait de toutes les modalités de création de la mémoire collective en procédant à la révision des programmes scolaires, etc ...

Vous disiez au début de votre mandat qu’il incombait à l’IER de contextualiser les évènements et les faits de violations graves des droits de l’Homme. L’avez-vous fait ?

Il y a des violations qui sont individuelles ou collectives isolées. Toutes ces violations ont été commises dans des contextes différents. En analysant ces contextes, nous en avons recensé les plus importants. Il s’agit des contextes post-indépendance, de luttes politiques inter-partisanes mais aussi étatiques-partisanes avec une dimension de combat politique mais parfois aussi des dimensions de violence politique où les acteurs à la fois étatiques et non étatiques ont commis des violences de part et d’autre. Il y a également un autre contexte de contestation sociale, de crise sociale avec des dimensions politique, syndicale, sociétale où l’Etat, en intervenant pour maintenir et rétablir l’ordre, a commis de graves violations. Nous avons donc établi le cadre légal, juridique et social de ces violations. Un autre cas spécifique et particulier est relatif aux provinces sahariennes où la récupération de ces provinces du Sud s’est faite dans un contexte de conflit armé avec une puissance étrangère puis par la suite avec le polisario qui, par procuration, a mené cette guerre. Cela a donné lieu à des violations au cours d’accrochages militaires répertoriées, analysées historiquement. Ce sont des violations qui ont eu lieu à la suite de déplacements de populations pour les protéger ou sécuriser des régions militaires arrêtant des suspects avec parfois des excès et des mesures disproportionnées.

Il y a enfin le contexte des luttes politiques de façon générale : arrestations, détentions arbitraires, procès politiques. Tout cela a été analysé mais sans l’intention de donner une lecture unique et monolithique de l’histoire et de ce que les acteurs politiques ont pensé ou voulu faire. C’est plutôt l’affaire de la science historique. Nous n’avons pas suffisamment d’éléments et nous avons montré dans notre rapport comment nous avons toujours gardé un esprit ouvert à l’égard de l’histoire présente, en observant une veille épistémologique constante à l’égard de tous les discours. D’autant que tous les acteurs ont eu des discours expliquant et justifiant. Nous avons fait preuve d’impartialité, ce qui ne signifie pas passivité par rapport à l’application des principes et normes humanitaires des droits de l’Homme. Quand il y a violation, il y a violation quels que soient le discours, la justification de l’acteur étatique ou de la victime. « Les cas de personnes disparues au sort inconnu ne sont plus un mystère. Il nous reste une soixantaine de cas, dont ceux de Ben Barka et Manouzi que nous considérons comme comportant des indices et des éléments de preuves sur lesquels nous avons ouvert des pistes et réuni des éléments importants ».

1956-1999, le mandat de l’IER couvre une longue tranche d’une histoire méconnue, non écrite, occultée du Maroc. En lisant le rapport, pourra-t-on conclure que l’Instance a analysé tous les faits historiques ? Avez-vous réussi à tout dire concernant la période 1956-1958 ?

La période est effectivement très longue. Je dirais même trop longue pour une période de travail aussi courte. Là où nous n’avons pas eu suffisamment de sources fiables, nous avons reconstitué les éléments à partir de différentes sources, témoignages ou éléments d’archives que nous avons pu retrouver. Il est vrai que sur certaines périodes, il a été difficile de trancher sur beaucoup de questions. Nous avons donné des clés pour reconstituer et qui permettront de clarifier. Les archives amassées tout au long de ce mandat permettront aux chercheurs de compléter ce travail.

Sur un plan factuel des violations commises durant la période 1956-1960, nous avons pu reconstituer les exactions commises par des acteurs non étatiques, sans les nommer ; l’Histoire jugera par la suite. Nous avons reconstitué un organigramme de la répression utilisé à la fois par l’Etat et les acteurs non étatiques, c’est-à-dire des acteurs partisans, d’anciens résistants reconvertis en justiciers. Il y a eu à cette époque un certain nombre de personnes victimes d’enlèvement, de disparition, de liquidation. Cela ouvre des pistes à la recherche historique.

Est-ce à dire que les archives amassées par l’Instance vont être rendues publiques ?

Elles le seront selon des modalités légales. Il y aura certainement un examen pour préserver les données personnelles comme le préconise le respect des droits de l’Homme. Pour le reste, il y aura une période de préparation pour organiser l’accès aux chercheurs, aux médias, et par la suite à la population. Il s’agira de voir avec la Bibliothèque nationale ou de la structure s’occupant de ces archives, l’organisation de cet accès.

Des cas emblématiques de disparitions figurent dans vos dossiers, des énigmes non résolues comme celles de Ben Barka, Manouzi, Rouissi. L’IER a-t-elle réussi à faire la lumière sur ces cas de disparition ? Quels sont les mystères qui demeurent ? Et comment faire pour que le travail de l’Instance ne soit pas circonscrit à la non-résolution de ces cas de disparition célèbres ?

Nous avons adopté une démarche égale par rapport à toutes les victimes. Il n’y a pas de cas emblématique, il y a des cas assez complexes, difficiles où beaucoup d’acteurs nationaux et internationaux interviennent. Nous avons travaillé sur tous les cas sans aucune « discrimination ». Selon nos critères d’analyses, les cas de personnes disparues au sort inconnu ne sont plus un mystère. Nous avons examiné, décortiqué, démonté tous les concepts et tout ce qui a été dit à ce sujet...

Il n’y aurait donc plus de cas de personnes disparues au sort inconnu ?

Nous avons élucidé l’essentiel de ces cas. Il nous reste une soixantaine de cas que nous considérons comme comportant des indices et des éléments de preuves sur lesquels nous avons ouvert des pistes et réuni des éléments importants. Le temps qui nous était imparti ne nous a pas permis d’aller plus en avant. Nous recommandons que les recherches continuent et nous espérons que rapidement les résultats seront communiqués aux familles. Parmi cette soixantaine de cas qui restent, il y a l’affaire Ben Barka qui implique aussi l’Etat français, partie du processus d’enlèvement. Nous avons réuni des éléments à partir desquels le travail se poursuit. Il y a également le cas Manouzi et d’autres cas importants où nous avons fait des avancées importantes et nous discutons avec les familles.

Vous dites que l’IER a émis des recommandations pour que le travail de recherche continue. Est-ce que cela signifie qu’il y aura un après-IER, un organe de suivi ?

Abstraction faite du suivi, nous avons constaté des indices et éléments de preuves relatifs à 60 cas de disparitions forcées et l’Etat a l’obligation juridique et morale de continuer les recherches pour permettre aux familles de connaître le sort de leur proche disparu. Nous remettons à l’Etat les éléments de nos recherches et les pistes que nous avons ouvertes. Nous avons effectivement une recommandation concernant le suivi du travail accompli par l’Instance Equité et Réconciliation. En fait, nous proposons la création d’une commission au sein du CCDH pour superviser, suivre, conseiller sur le suivi des recommandations contenues dans le rapport. Cette commission pourrait être également chargée de l’aspect administratif concernant la remise des indemnisations décidées par l’Instance. Sur la question des enquêtes, il est possible qu’une telle commission se charge de coordonner, superviser le travail d’investigation mené par les différents services concernés par ces cas de disparition.

Ainsi, le Conseil consultatif des droits de l’Homme, CCDH, pourra jouer un rôle en plus d’administratif, dans le débat national à travers la mise en œuvre de réformes démocratiques recommandées par le rapport final et les mesures nécessaires pour passer de cette fameuse transition à une véritable consolidation de la démocratie pour rendre les choses durables, visibles et prévisibles.

Une de vos recommandations a trait à la lutte contre l’impunité. Avez-vous procédé à des recommandations à l’adresse de ceux qui se sont rendus coupables d’exactions et qui sont justement toujours visibles ?

Il n’y a pas de recommandation spécifique à ce sujet. Nous nous sommes imposé le fait que notre mandat n’évoque pas les noms des personnes. Le rapport final n’évoque ni les noms des personnes ni celui des fonctionnaires ou des partis. Nous proposons des réformes au niveau institutionnel, législatif et constitutionnel. Sur le plan institutionnel, nous avons réservé une partie de notre rapport final à tous les appareils et services qui ont eu des responsabilités directes dans les violations. Par rapport aux appareils sécuritaires et ceux en fait chargés d’appliquer la loi, nous avons fait des recommandations précises. Nous avons un texte précis sur le maintien de l’ordre, les techniques et modalités de privation de liberté. Nous avons également un texte sur la réorganisation des appareils, la chaîne de commandement, la chaîne de prise de décision, la formation du personnel sécuritaire. En fait, le rapport final de l’IER propose une stratégie de bonne gouvernance sécuritaire.

« La décision Royale de rendre public notre rapport est historique. Il s’agit de faire participer la population, tous les Marocains et pas seulement la dizaine de petits groupes qui s’agitent chaque fin de semaine à Casablanca pour raconter n’importe quoi ».

La démarche de l’IER s’est distinguée par rapport à la question de la réparation qu’elle soit individuelle ou communautaire. Qu’en retenez-vous, vous en tant que président de la Commission Vérité marocaine ?

La question récurrente dans la justice transitionnelle est de savoir ce qu’est, sur un plan politique, la recherche de la vérité dans une situation de transition. Est-ce un instrument politique ? Une récupération de l’action sociale ? Un instrument de démocratisation ? Personnellement, je pense qu’en plus de la recherche de la vérité, l’action de l’Instance a permis de susciter et de développer le travail de participation des citoyens à la réflexion sur le passé, le présent et le futur. C’est une forme d’apprentissage de la démocratie et de réparation aussi que d’éveiller l’esprit citoyen, une conscience nationale de tous les drames que nous avons subis. Nous avons développé un travail au niveau des communautés et des groupes, partant de la constatation que des régions ont été marginalisées pour des raisons politiques. C’est un travail immense de discussions et de concertation. Nous avons trouvé une collaboration importante de la part des élus, des autorités locales, des ONG . A partir de ces concertations, nous avons élaboré des programmes sociaux, éducatifs, socio-économiques. Tazmamert en est un exemple édifiant puisque la reconversion de la caserne se fait pour que le site soit au service des populations locales.

Et concernant la prise en charge médicale des victimes, y a-t-il du nouveau, quelque chose de spécifique à l’expérience marocaine ?

Pendant trois mois, une unité médicale et un groupe d’experts ont travaillé avec nous. Nous avons mené une étude sur la situation de santé des victimes. Cette étude constitue d’ailleurs le sixième volume du rapport final de l’IER. Parmi les recommandations les plus importantes que nous avons faites à ce sujet, il y a le fait que nous demandons que la couverture médicale obligatoire soit étendue à près de 9000 victimes identifiées et leurs ayants-droit. Nous demandons également la prise en charge immédiate d’une cinquantaine de cas. Nous proposons enfin la création d’un mécanisme d’orientation et de réhabilitation pour l’avenir pour toutes les victimes de violence.

Avec l’achèvement de votre mission à la tête de l’Instance et Réconciliation, avez-vous la conscience tranquille ?

Oui, j’ai la conscience tranquille. La mission a été dure et je pense que nous avons travaillé avec tout l’engagement pour faire la lumière sur toutes les violations. Nous avons proposé des analyses, des procédures de clôture équitable pour cette période. Reste maintenant le débat public, serein, sérieux. Il ne faut pas se laisser détourner par les coteries qui n’ont aucune prise sur les réalités. Il faut mener le débat sur les enjeux fondamentaux soulevés par le rapport final de l’IER. Ils sont importants et on ne se laissera pas détourner. C’est dans ce sens que la décision Royale de rendre public notre rapport est historique. Il s’agit de faire participer la population, tous les Marocains et pas seulement la dizaine de petits groupes qui s’agitent à Casablanca chaque fin de semaine pour raconter n’importe quoi. Le peuple a besoin de comprendre, de connaître, de débattre, de participer. C’est un peuple de citoyens et non de sujets qui vont attendre que chaque fin de semaine on leur livre n’importe quoi à la lecture. Je pense que les 23 mois de notre mission nous ont démontré la conscience et la citoyenneté dont a fait preuve la majorité des Marocains sur cette question.

Propos recueillis par Narjis Rerhaye in Libération

Imprimer Envoyer cette page Haut de page

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

« Il s’agit non pas seulement de partager la connaissance et la réappropriation du passé mais aussi de faire surgir dans le présent et le débat contradictoire, des normes et des règles communes de vivre et bâtir ensemble le futur… »
Driss Benzekri

Conseil Consultatif des Droits de l’Homme Place Ach-Chouhada, B.P. 1341, 10 001 Rabat- Maroc
Tél : + 212 37 72 68 56
Fax : + 212 37 72 22 07


Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-stats.php3 on line 55