Royaume du Maroc - Instance Equité et Réconciliation  

LE TRAVAIL DE L’IER "UNE INITIATIVE RÉVOLUTIONNAIRE", SELON UNE ALLIANCE MONDIALE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE

L’Alliance mondiale pour la participation citoyenne (Civicus) a qualifié d’"initiative révolutionnaire" le travail de l’Instance Equité et Réconciliation (IER) et la décision de SM le Roi Mohammed VI d’en publier le rapport final.

"L’initiative des autorités marocaines d’établir cette instance et de publier son rapport final est révolutionnaire si l’on considère les abus des droits de l’Homme qui continuent" en Afrique et à travers le monde, a indiqué M. Chrysantus Ayangafac, responsable du "Civil Society watch international", l’un des organes de cette alliance.

Créée en 1993 aux Etats Unis avant de déplacer son siége en Afrique du sud, CIVICUS est un réseau international d’ONG appartenant à 150 pays. Il se fixe pour principal objectif de "renforcer l’action citoyenne et la société civile dans le monde" M. Ayangafac a notamment mis en exergue l’importance des auditions publiques des victimes des violations passées des droits de l’Homme qu’a connues le Maroc entre 1956 et 1999, ainsi que le processus d’indemnisation des victimes ou leurs ayants-droit.

Pour CIVICUS, la réussite de ce genre de Commission de vérité passe par "une culture de pardon conjuguée à la franchise et la transparence plus que par des indemnités bien que ces deux facteurs soient complémentaires", a-t-il fait remarquer.

Rappelant l’importance de donner suite aux recommandations importantes de l’IER, il a salué le ferme engagement de SM le Roi de "tourner la page du passé".

"La question de savoir dans quelle mesure si cette instance et son rapport final permettront de renforcer davantage la culture des droits de l’Homme que connaît le Maroc dépendra en effet du traitement réservé aux recommandations finales", a-t-il insisté.

Le Camerounais Ayangafac a enfin émis l’espoir que l’expérience du Maroc et celle de l’Afrique du sud, avec la Commission Vérité et réconciliation (TRC), doivent servir de "modèles" pour les autres pays africains.

"L’expérience de l’Afrique du sud et celle du Maroc doivent être considérées comme des modèles pour d’autres pays du continent dans leur quête pour une véritable démocratie basée sur la culture des droits de l’Homme, la réconciliation et la justice".

Le programme "Civil Society watch international" de Civicus a pour mission de "développer une capacité de réaction rapide et efficace pour faire face aux situations dans lesquelles les droits fondamentaux de la société civile et les droits liés à la participation citoyenne +liberté d’expression, d’association et d’organisation+ sont menacés". L’un de ses objectifs est d’oeuvrer pour "une société saine dans laquelle il y a une relation équitable entre les citoyens, leurs association et fondations, le monde des affaires et les gouvernements". Pretoria, 12 Jan (MAP)

Imprimer Envoyer cette page Haut de page

« Il s’agit non pas seulement de partager la connaissance et la réappropriation du passé mais aussi de faire surgir dans le présent et le débat contradictoire, des normes et des règles communes de vivre et bâtir ensemble le futur… »
Driss Benzekri

Conseil Consultatif des Droits de l’Homme Place Ach-Chouhada, B.P. 1341, 10 001 Rabat- Maroc
Tél : + 212 37 72 68 56
Fax : + 212 37 72 22 07