Royaume du Maroc - Instance Equité et Réconciliation  

Driss Benzekri : « l’avènement de S.M. le Roi Mohammed VI est une nouvelle phase de consolidation de la démocratie et du droit »

Le président de l’Instance équité et réconciliation (IER), Driss Benzekri, a affirmé, mardi soir, que « l’avènement de S.M. le Roi Mohammed VI est une nouvelle phase de consolidation de la démocratie et du droit, et de la fin de l’impunité ».

Dans une déclaration à la Chaîne française I-télé, M. Benzekri a qualifié l’IER de « jalon important dans le processus de démocratisation ». Durant le travail de l’Instance, a-t-il affirmé, « il y a eu un engagement et une implication directe de l’Etat par sa reconnaissance et sa participation notamment à l’organisation des espaces pour les auditions publiques et les transmissions directes sur les chaînes de télévision et de radio, nationales et régionales, en diffusant ces auditions ».

« Les recommandations principales pour nous, c’est que nous sommes arrivés à terme d’une transition démocratique où il faut consolider les choses sur le plan constitutionnel et sur le plan des droits de l’homme », a-t-il ajouté. Au sujet de l’affaire Ben Barka, M. Benzekri a indiqué que la partie française dans cette affaire « n’est pas réglée ». « Il y a eu enlèvement à Paris, il y a eu participation de Français et de Marocains. On veut des clarifications sur cet aspect des choses », a-t-il expliqué.

« Nous avons auditionné tous les anciens responsables présumés (...) Nous n’avons pas encore suffisamment d’éléments pour en parler maintenant, mais nous avons recommandé de poursuivre l’enquête, y compris en France », a-t-il précisé.

Pour sa part, Edward Gabriel, ancien ambassadeur des Etats-Unis au Maroc, a salué la publication du rapport de l’Instance Equité et Réconciliation sur les violations passées des droits de l’Homme.

« La décision de rendre public ce rapport est une décision importante », a souligné M. Gabriel dans une déclaration à la MAP, ajoutant qu’il s’agit d’« une première dans l’histoire du monde dans la mesure où la réconciliation a eu lieu dans un climat de transition douce ». M. Gabriel, qui a occupé le poste d’ambassadeur des Etats-Unis à Rabat de 1997 à 2001, a rappelé dans ce cadre que l’IER a été mise en place par SM le Roi Mohammed VI.

M. Gabriel, expert dans les questions du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord, a indiqué qu’en plus de l’indemnisation des victimes des violations passées des droits de l’Homme ou leurs ayants-droits, le Maroc sous la conduite de SM le Roi, a oeuvré à mettre en place des mécanismes pour que de telles violations ne se reproduisent plus. « Les garanties offertes concernant l’Etat de droit et le respect des droits de l’Homme sont encore plus importantes », a-t-il dit.

L’ancien ambassadeur américain a ajouté qu’un processus pareil n’aurait pas pu être mis en oeuvre dans aucun autre pays dans le monde arabe. « C’est un autre hommage au leadership du Maroc dans la région », a affirmé M. Gabriel.

Imprimer Envoyer cette page Haut de page

« Il s’agit non pas seulement de partager la connaissance et la réappropriation du passé mais aussi de faire surgir dans le présent et le débat contradictoire, des normes et des règles communes de vivre et bâtir ensemble le futur… »
Driss Benzekri

Conseil Consultatif des Droits de l’Homme Place Ach-Chouhada, B.P. 1341, 10 001 Rabat- Maroc
Tél : + 212 37 72 68 56
Fax : + 212 37 72 22 07