Royaume du Maroc - Instance Equité et Réconciliation  

Mme Hélène Flautre, présidente de la sous-commission des droits de l’Homme au Parlement européen

La présidente de la sous-commission des droits de l’Homme au Parlement européen, Mme Hélène Flautre, a affirmé, lundi soir à Strasbourg, que cet organisme est "extrêmement intéressé et très attentif au travail remarquable accompli par l’Instance Equité et Réconciliation" dans l’objectif de réconcilier les Marocains avec leur histoire.

Dans une déclaration à la MAP, en marge de la présentation par M. Driss Benzekri, président de l’IER, des conclusions de cette instance devant les députés de la sous commission des droits de l’Homme, Mme Flautre s’est dite impressionnée par l’ampleur du travail réalisé par cette instance, qui, a-t-elle dit, est unique en son genre dans la région méditerranéenne et arabe.

"On imagine bien l’impact que pourrait avoir un tel processus de réconciliation dans d’autres pays assez proches du Maroc", a relevé Mme Flautre, ajoutant que toutes les recommandations qui ont été formulées dans le rapport final de l’IER, soumis à la haute appréciation de SM le Roi Mohammed VI, "donneront lieu, sans nul doute, à des réformes législatives, voire constitutionnelles et à une mobilisation de la société marocaine pour le renforcement de la démocratie, la consécration de l’Etat de droit et le respect des droits de l’Homme".

Elle a également souligné que sans une ferme volonté au plus haut niveau de l’Etat et sans une demande forte de la société civile pour la justice et la vérité, "la réconciliation des Marocains avec leur histoire n’aurait pas été possible".

Après avoir relevé que des questions très sensibles touchant notamment à l’organisation des pouvoirs et à la lutte contre l’impunité ont été soulevées dans le rapport final de l’IER, Mme Flautre s’est dite convaincue de la mise en application de ces recommandations dont la tâche a été confiée au Conseil consultatif des droits de l’Homme (CCDH) que préside M. Benzekri.

La présidente de la sous-commission des droits de l’Homme au Parlement européen a souligné en conclusion que les instances européennes "doivent accompagner du mieux qu’elles le peuvent le processus engagé par le Maroc car il s’agit d’une expérience qui est tout à fait décisive pour l’avenir non seulement du Maroc mais de toute la région méditerranéenne et arabe".

M. Driss Benzekri a présenté lundi soir les conclusions de lIER devant les députés de la sous-commission des droits de l’Homme du Parlement européen.

Il s’agit de la deuxième visite en France du président de l’IER en moins de vingt jours. Le 24 janvier dernier, ces conclusions avaient été présentées devant les membres de la sous-commission des relations extérieures de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Après l’intervention de M. Driss Benzekri, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe avait exprimé, par la voix de son secrétaire général, M, Bruno Haller, son appui total au programme de réformes démocratiques engagées par le Maroc dans tous les domaines.

Imprimer Envoyer cette page Haut de page

« Il s’agit non pas seulement de partager la connaissance et la réappropriation du passé mais aussi de faire surgir dans le présent et le débat contradictoire, des normes et des règles communes de vivre et bâtir ensemble le futur… »
Driss Benzekri

Conseil Consultatif des Droits de l’Homme Place Ach-Chouhada, B.P. 1341, 10 001 Rabat- Maroc
Tél : + 212 37 72 68 56
Fax : + 212 37 72 22 07