Royaume du Maroc - Instance Equité et Réconciliation  

L’expérience de l’Instance Equité et Réconciliation (IER) au Liban

Dans un entretien diffusé par la chaîne Al Manar, M. Benyoub a indiqué que la justice transitionnelle permet de promouvoir et de dynamiser la vie politique nationale, mais également de réhabiliter les victimes, de leur rendre justice et de les indemniser.

La promulgation de la loi contre la torture démontre, entre autres, le sérieux de cette expérience, a-t-il ajouté, soulignant que le Maroc a mis en place les mesures nécessaires pour lutter contre l’impunité à l’avenir.

Le parlement doit prochainement se pencher sur les dispositions relatives à la stratégie nationale contre l’impunité, a-t-il dit.

Selon M. Benyoub, l’action de l’IER constitue la première expérience de justice transitionnelle dans un pays arabe et islamique, expliquant que ceci est la résultante d’un long processus d’ouverture politique et de démocratisation du pays.

La monarchie a toujours été un garant de l’intégrité territoriale du Maroc et de son équilibre, et de ce fait, a-t-il indiqué, l’IER est une résultante logique de ce processus de démocratisation. Il a, à cet effet, rappelé les déclarations de SM le Roi Mohammed VI au journal espagnol +El Pais+, dans lesquelles le Souverain avait affirmé que l’IER peut largement contribuer au développement de la monarchie et au renforcement de la culture des droits de l’Homme. Concernant le dossier des détenus politiques au Maroc, M. Benyoub a affirmé qu’il ne se trouve actuellement au Maroc aucun prisonnier pour raisons politiques, syndicales ou associatives. Pour ce qui est des questions posées sur la scène arabe, il a précisé que le Maroc a toujours considéré la question palestinienne comme une cause nationale comme il s’est solidarisé avec toutes les causes nationales arabes, rappelant à ce propos les marches de solidarité avec les peuples irakien et palestinien qui ont connu la participation de millions de marocains. M. Benyoub a achevé, dimanche, une visite au Liban au cours de laquelle il a encadré avec M. Abdelhamid El Kam, membre du conseil consultatif des droits de l’Homme (CCDH), une session de formation sur la justice transitionnelle.

L’expérience de l’IER au Maroc a constitué le thème central de cette session organisée par l Institut arabe des droits de l Homme et qui a profité quatre jours durant à une vingtaine d’avocats originaires du Liban, d’Egypte, du Soudan, d’Irak, du Bahreïn, du Yémen et d’Algérie.

Imprimer Envoyer cette page Haut de page

« Il s’agit non pas seulement de partager la connaissance et la réappropriation du passé mais aussi de faire surgir dans le présent et le débat contradictoire, des normes et des règles communes de vivre et bâtir ensemble le futur… »
Driss Benzekri

Conseil Consultatif des Droits de l’Homme Place Ach-Chouhada, B.P. 1341, 10 001 Rabat- Maroc
Tél : + 212 37 72 68 56
Fax : + 212 37 72 22 07