Royaume du Maroc - Instance Equité et Réconciliation  

WASHINGTON TIMES : LES PROPOSITIONS DE RÉFORMES DE L’IER, UN NOUVEL ESPOIR POUR LES VICTIMES DES ABUS

Les victimes des abus des droits de l’homme sont optimistes à propos des réformes constitutionnelles que l’IER a recommandées et qui sont à même de garantir que ces violations ne se produiront plus jamais, écrit lundi le quotidien américain ’’Washington Times’’.

Notant que ’’la création de cette instance s’inscrit dans le sillage d’un ensemble de réformes initiées par SM. le Roi Mohammed VI’’, le quotidien souligne que les autorités marocaines se sont engagées à mettre en oeuvre les recommandations contenues dans le rapport que l’IER a élaboré ’’après avoir entendu les témoignages de milliers de personnes, dont une grande partie a été diffusée par la télévision nationale’’.

’’Les autres réformes comprennent le développement du monde rural, la promotion de la liberté de presse et la promotion des droits de la femme", poursuit le journal, rappelant que le département d’état américain avait salué les conclusions de l’IER comme ’’une preuve de la disposition du Maroc à envisager des réformes profondes’’.

Et le journal de noter que des indemnités financières et autres formes de réparation ont été octroyées à 9.000 victimes et leurs ayants droits.

Il cite, dans ce contexte, M. Ahmed Herzenni, lui même victime de détention arbitraire et de tortures pendant 10 ans, qui affirme qu’il est optimiste car ses enfants et ses petits-enfants ne vont pas être confrontés à la même horreur à la faveur des ’’larges réformes sociales, économiques et politiques en cours’’.

’’Ce qui importe le plus, ce n’est pas de me venger, mais que les événements du passé ne se reproduisent pas’’, a dit M. Herzenni, soulignant que ’’la plupart des Marocains partagent cette volonté de pardonner et d’avancer’’.

’’Nous voulons montrer que le Maroc se souvient de ce qui s’est passé, reconnaît ses erreurs et est déterminé à mettre en oeuvre toutes les mesures nécessaires pour empêcher la répétition (de ces événements)’’, souligne de son côté M. Nabil Benabdellah, ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, cité par le journal.

Relevant que le Maroc est ’’pratiquement le seul pays au monde qui a décidé d’examiner les travers de son passé dans le cadre du même régime’’, le ministre ajoute : ’’nous pourrons alors tourner la page du passé et envisager l’édification de notre avenir’’.

Etablir la primauté de la loi humanitaire internationale, garantir la présomption d’innocence, définir les notions de liberté et droits, notamment les libertés de presse et d’expression, réformer les politiques sécuritaires, judiciaires et pénales, sont parmi les recommandations faites par l’IER, rappelle le quotidien. Washington, 20 Fév.

Imprimer Envoyer cette page Haut de page

« Il s’agit non pas seulement de partager la connaissance et la réappropriation du passé mais aussi de faire surgir dans le présent et le débat contradictoire, des normes et des règles communes de vivre et bâtir ensemble le futur… »
Driss Benzekri

Conseil Consultatif des Droits de l’Homme Place Ach-Chouhada, B.P. 1341, 10 001 Rabat- Maroc
Tél : + 212 37 72 68 56
Fax : + 212 37 72 22 07