Royaume du Maroc - Instance Equité et Réconciliation  

LA CRÉATION DE L’IER EST "UN EXPLOIT" ET SON TRAVAIL EST "CONSIDÉRABLE"

La création de l’Instance Equité et Réconciliation (IER) est en elle-même "un exploit" et son travail est "considérable", ont affirmé les intervenants lors d’une rencontre-débat sous le thème "Equité et réconciliation, quel devenir ?", organisée samedi par l’Association "Al-Wasl", au siège du Parti socialiste (PS) français à Paris.

M. Patrick Baudouin, président honoraire de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), a ainsi qualifié d’"exploit" l’existence de cette institution dans un monde arabo-musulman "peu friand" de regarder son passé, soulignant le travail de mémoire "formidable" réalisé par l’IER.

Il a également salué "l’investissement considérable" des membres de l’Instance et le travail "sérieux" accompli en matière de recherche de la vérité.

M. Baudouin s’est félicité aussi de la prise en compte des victimes en matière d’indemnisations et de réparations, des auditions qui leur ont permis d’être entendues et leurs voix portées à la connaissance de l’opinion publique, et des conclusions "largement intéressantes" de l’IER, notamment les recommandations de nature institutionnelle, la valorisation et la garantie des libertés ainsi que la réforme de la magistrature.

Pour sa part, M. Alain Chenal, délégué du PS à la Méditerranée et collaborateur de la Fondation "Jean Jaurès", a souligné "le changement spectaculaire et positif" qu’a connu le Maroc dans divers domaines, notamment dans celui des droits de l’Homme.

Après avoir mis en relief les réformes "très profondes" entreprises par le Royaume, l’intervenant a relevé que l’IER a effectué un travail "de fond" dans le domaine de la recherche de la vérité et la contribution "considérable" des ONG, des associations et de la société civile à cette oeuvre.

Dans le même ordre d’idées, M. Kamel Jendoubi, président du Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme, a mis en exergue les "avancées considérables" réalisées par le Maroc dans les domaines notamment des droits de l’Homme et des libertés.

Il a, d’autre part, souligné la nécessité de faire connaître l’expérience de l’IER, particulièrement dans le monde arabe pour être "transposée" et tirer profit de "ses acquis".

Cette rencontre s’est déroulée en présence notamment de MM. Driss Benzekri, président du CCDH, Mohamed El Yazghi, Premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Abdelkrim El Manouzi, président de l’Association médicale de réhabilitation des victimes de la torture, Mme Adeline Hazan, députée européenne et secrétaire nationale aux droits de l’Homme au PS, des responsables d’associations de défense des droits de l’Homme et d’universitaires. Paris, 19 Fév 2006

Imprimer Envoyer cette page Haut de page

« Il s’agit non pas seulement de partager la connaissance et la réappropriation du passé mais aussi de faire surgir dans le présent et le débat contradictoire, des normes et des règles communes de vivre et bâtir ensemble le futur… »
Driss Benzekri

Conseil Consultatif des Droits de l’Homme Place Ach-Chouhada, B.P. 1341, 10 001 Rabat- Maroc
Tél : + 212 37 72 68 56
Fax : + 212 37 72 22 07