Royaume du Maroc - Instance Equité et Réconciliation  

Le Matin : "Le travail de l’Instance Equité et Réconciliation (IER) a ouvert une nouvelle démarche très importante consistant en la structuration d’espaces de débats publics sur les questions de vérité et de responsabilité

M. Benzekri, qui s’exprimait samedi après-midi à Paris, lors d’une rencontre-débat sous le thème « Equité et réconciliation, quel devenir ? », initiée par l’Associal « Al-Wasl », a relevé que l’objectif de l’IER était d’ouvrir un espace de débat public afin de faire émerger une « vérité plurielle », soulignant la nécessité d’associer toutes les composantes de la société à ce débat pour qu’elles puissent affronter leur passé et faire ressurgir les valeurs essentielles pouvant servir de base à la construction d’une société démocratique et d’un Etat de droit.

En dépit de son travail « complexe et difficile », l’Instance a réussi à clarifier le principal problème qui est celui des personnes « considérées comme disparues », a-t-il dit, faisant observer que l’IER a fait elle-même le choix de ne pas citer les noms des responsables des violations des droits de l’Homme, tout en gardant, toutefois, pour l’histoire et la mémoire les différentes informations recueillies auprès des victimes.

Il a également signalé que l’IER a effectué un travail de recherche sur l’ensemble des cas de violations des droits de l’Homme et travaillé avec sérénité sur des cas emblématiques et complexes.

Dans ses conclusions, l’institution a recommandé que les enquêtes se poursuivent par le CCDH au sein duquel un Comité de suivi a été mis en place afin de mener un travail d’investigation dans l’optique de développer les pistes déjà ouvertes par l’IER, a fait remarquer M. Benzekri.

Le président du CCDH a, d’autre part, mis en relief le rôle joué notamment par la classe politique et les militants des droits de l’Homme dans la réconciliation sociale.

Cette rencontre s’est déroulée notamment en présence de MM. Mohamed El Yazghi, Premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Patrick Baudouin, président honoraire de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), Kamel Jendoubi, président du Réseau méditerranéen des droits de l’Homme, et Mme Adeline Hazan, députée européenne et secrétaire nationale aux droits de l’Homme au Parti socialiste (PS) français.

Imprimer Envoyer cette page Haut de page

« Il s’agit non pas seulement de partager la connaissance et la réappropriation du passé mais aussi de faire surgir dans le présent et le débat contradictoire, des normes et des règles communes de vivre et bâtir ensemble le futur… »
Driss Benzekri

Conseil Consultatif des Droits de l’Homme Place Ach-Chouhada, B.P. 1341, 10 001 Rabat- Maroc
Tél : + 212 37 72 68 56
Fax : + 212 37 72 22 07