Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 418

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 438

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 562

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 596

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 597

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 598

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 739

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 743

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 746

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 57

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_filtres.php3 on line 259

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_filtres.php3 on line 259

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 901

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 955

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 956

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 957

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 958

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 959

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 960

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 961

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 962

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 963

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 901

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 955

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 956

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 957

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 958

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 959

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 960

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 961

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 962

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 963

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26
Première séance des auditions publiques des victimes des violations graves des droits de l'Homme
Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85
Royaume du Maroc - Instance Equité et Réconciliation  

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Première séance des auditions publiques des victimes des violations graves des droits de l’Homme

Les auditions publiques des victimes des violations passées des droits de l’Homme qu’a connues le Maroc entre 1956 et 1999, ont débuté mardi soir par l’audition de six témoignages.

L’IER considère que ces auditions publiques constituent un moment exceptionnel pour permettre aux victimes de faire part de leurs souffrances au grand public et à la nation toute entière. Ces auditions visent également à réhabiliter les victimes et à faire connaître leur rôle et leur contribution dans la préservation de la mémoire collective.

1- ALLOCUTION DU PRESIDENT DE L’IER M. BENZEKRI : SOUCI DE SM LE ROI D’ASSOCIER LE PEUPLE MAROCAIN AU PROCESSUS DE RÈGLEMENT DES VIOLATIONS DU PASSÉ

Le président de l’Instance Equité et Réconciliation (IER), M. Driss Benzekri a affirmé, a l’ouverture de ces auditions, que l’installation par SM le Roi Mohammed VI de l’IER procède de la conviction du Souverain quant à la capacité et le droit du peuple marocain de participer efficacement au processus de règlement des violations du passé. M. Benzekri a rappelé que le processus de règlement des dossiers des violations passées a été entamé depuis plus de 14 ans à l’initiative de feu SM Hassan II, ajoutant que toutes les forces vives de la nation ainsi que les composantes de la société civile ont contribué à ce projet à travers la mise en place des approches visant l’édification d’un Maroc nouveau.

M. Benzekri a ajouté que SM le Roi Mohammed VI a confié aux membres de l’instance la mission de parachever ce processus en vue de faire éclater la vérité, de rendre justice, de réparer les préjudices subis et de faire prévaloir la réconciliation, considérant qu’il s’agit là d’" une lourde responsabilité que nous devons assumer avec intégrité et sincérité devant Dieu, devant SM le Roi et devant le peuple marocain afin de tourner définitivement la page du passé et s’engager résolument vers l’avenir pour l’édification du Maroc de l’équité, de la justice et de la préservation des droits fondamentaux ".

Le président de l’IER a également fait part de " la sympathie totale (de l’instance) avec les victimes présentes physiquement ou symboliquement ", exprimant l’espoir de voir ce processus marocain distingué dans le domaine de règlement des violations du passé couronné de succès en vue de faire régner les valeurs et la culture des droits de l’Homme. Cette première séance s’est déroulée en présence de M. Mohamed Mouâtassim, Conseiller de SM le Roi, des présidents des chambres des Représentants et des Conseillers, respectivement MM. Abdelwahad Radi et Mustapha Oukacha, du ministre de la Justice, M. Mohamed Bouzoubaâ, du Wali de Diwan Al-Madhalim, M. Slimane Alaoui, des membres du Conseil Consultatif des droits de l’Homme, et de l’ex-instance d’arbitrage indépendante d’indemnisation, des présidents et représentants des formations politiques et syndicales, et des organisations nationales et internationales des droits de l’Homme.

2- TEMOIGNAGE DE M. AHMED BENMANSOUR

L’ancien détenu Ahmed Benmansour a témoigné sur les sévices et violations des droits de l’Homme dont il a fait l’objet suite à son arrestation le 13 mars 1970 et son incarcération arbitraire à Dar Moqri. M. Benmansour a commencé son témoignage en rappelant les évènements pénibles qu’a connus le Maroc durant les années 60, notant que ces événements ont engendré "des séquelles dans le conscient et l’imaginaire de tout citoyen honnête".

On ne peut en aucun cas, a-t-il insisté, négliger ces répercussions et encore moins ignorer leurs profondes conséquences quand il s’agit d’analyser ou d’évaluer ces évènements dans le cadre de ces auditions publiques organisées par l’IER.

Passant en revue ces "événements tragiques" qui ont causé la souffrance "d’un nombre important de citoyens libres", M. Benmansour a indiqué que vers la fin des années 50, plusieurs symboles de la résistance ont été la cible de "campagnes effroyables" menées par "les forces de la répression et de la trahison", indiquant que ces campagnes démontraient les desseins et les intentions de ces "forces obscurantistes".

Ces campagnes n’ont pas ménagé la direction de la résistance et l’armée de libération, a-t-il dit, ajoutant que des "hommes valeureux, qui ont lutté contre le colon, ont été jetés dans des prisons", alors que des ordres ont été donnés pour engager des poursuites contre plusieurs résistants dans les différentes régions du Maroc. C’est dans ce cadre, a-t-il dit, que plusieurs parmi eux ont été licenciés dans un climat d’escalade qui s’est traduit par des arrestations collectives au sein de l’Union Nationale des Forces Populaires et des organisations qui lui sont affiliées.

"Les forces obscurantistes, a-t-il poursuivi, ont commencé à tendre des guet apens à toute personne qui refuse de se soumettre à leur desseins", précisant qu’au début des années 60 un piège a été tendu au groupe Moulay Chafai à Oulad Sebaa à Chichaoua. Plusieurs résistants ont trouvé la mort dans cette opération, a-t-il précisé.

"Toutes ces personnes, a-t-il souligné, figurent parmi les plus valeureux résistants qui n’ont épargné aucun effort afin de libérer leur pays du joug de la colonisation". Il a également été procédé à l’arrestation du "groupe Al Ghoul" dont les membres ont été jugés par le tribunal militaire de Rabat et ont écopé de peines allant de plusieurs années à la peine de mort.

A la suite de ces évènements, des membres du groupe de Béni Mellal, ont été arrêtés. Benhamou a été condamné à mort alors que d’autres ont écopé de longues peines de prison.

A Casablanca, les membres du groupe Ben Hamou Al Fouakhri ont été arrêtés, a dit M. Benmasour, précisant que certains parmi eux ont été condamnés à mort, alors que d’autres ont écopé de longues peines de prison. Dans la même période, le groupe Cheikh Al Arab a été attaqué dans une opération au cours de laquelle le leader de ce groupe a trouvé la mort, alors que d’autres ont été condamnés à de lourdes peines d’emprisonnement.

La capitale économique a, par la suite, été le théâtre d’émeutes et de manifestations en 1965 contrées avec une violence qui a fait un grand nombre de morts, a-t-il dit, rappelant que cette même année a connu l’enlèvement de Mehdi Ben Barka à Paris.

Ce témoignage, a tenu à souligner M. Benmansour, vise également à jeter la lumière sur les causes qui ont été derrière les événements qu’a connus la ville de Marrakech en décembre 1969 au cours desquels il a été procédé à l’arrestation de plusieurs militants, dont Habib El Forkani, le groupe d’Imzmiz, le groupe de Demnat.

Les membres de ce groupe, a-t-il indiqué, ont été par la suite incarcérés à Dar Moqri.

Dans la foulée de ces événements, M. Benmansour a été arrêté le 13 mars 1970 dans sa maison avant d’être conduit au commissariat central de Maarif. Il a été par la suite transféré à Dar Moqri, où il a passé quatre mois. Il s’en est suivi un séjour dans la prison centrale de kénitra, puis un transfert à Derb Moulay Charif à Casablanca.

Suite à ce passage à Derb Moulay Charif, il a été transféré au pénitencier militaire de Kénitra. Le tribunal militaire s’est déclaré, en janvier 1971, incompétent pour le juger, c’est pourquoi il a comparu devant la chambre criminelle de Marrakech qui l’a condamné à 10 ans de prison ferme. Il purgeait sa peine dans la prison centrale de Kénitra, avant de bénéficier d’une grâce royale le 13 décembre 1975.

3- JAMAL AMÉZIANE RACONTE LES SOUFFRANCES DE SA FAMILLE APRÈS LE DÉPART POUR L’ÉTRANGER DE SON PÈRE CONDAMNÉ À MORT

Le fils de Mohamed Haj Sallam Améziane, condamné à mort après les évènements du Rif (1958-1959), M. Jamal Améziane 2 témoin entendu a consacré son témoignageaux souffrances endurées par sa famille après que son père ait été contraint de quitter le Maroc suite à sa condamnation à la peine capitale en rapport avec ces évènements.

M. Jamal Améziane, né en 1956 à Béni Boukhlef à Al Hoceima, a rappelé dans un premier temps les arrestations opérées suite aux évènements du Rif, citant le cas de la détention pendant dix mois des membres de sa famille composée de plus de 30 personnes dans une caserne militaire à Al Hoceima où ils ont subi " plusieurs formes de torture et d’humiliation ".

M. Jamal Améziane a évoqué lors de cette audience, les circonstances de l’arrestation de son père , dont " le seul tort, a-t-il dit, est d’avoir dit non à l’injustice, au joug et à la logique unilatérale et non à une indépendance partielle négociée ", rappelant que le défunt " s’était déclaré publiquement pour une indépendance totale et l’évacuation de toutes les forces d’occupation et le retour de Mohamed Abdelkrim Khattabi au Maroc libre avec ses institutions élues avec transparence et démocratie et une administration nationale marocaine et non pas française " . Cette prise de position, a-t-il dit, " a conduit à la détention pendant près de deux ans "de son père.

Avant de livrer ce témoignage sur " quarante ans de souffrances " de l’ensemble des membres de sa famille, M. Jamal Amézine a indiqué avoir été amené à transcender plusieurs entraves liées notamment à l’aspect psychique et à l’importance de ce témoignage qui servira de plate-forme aux travaux des intervenants (historiens, politiciens, acteurs des droits de l’Homme, militants et décideurs).

M. Jamal Améziane a évoqué ces " souffrances " en trois étapes. La première concerne " la mère, les enfants (filles et garçons), les soeurs et leurs enfants et la grand-mère qui ont été conduites comme otages à une caserne des forces auxiliaires à Al Hoceima où ils ont été encerclés par des forces de l’armée comme s’ils sont des criminels de guerre".

Après un certain temps, a-t-il dit, sa famille a été obligée de s’installer près de ladite caserne en louant une maison où elle continue de vivre " sur les souvenirs du passé ".

M. Jamal Améziane, qui avait cinq ans lors de ces évènements, relate dans une deuxième étape le moment où il va rencontrer son père en 1981.

Dans une troisième étape M. Jamal Améziane a décrit comment il avait appris la nouvelle du décès de son père un vendredi 9 septembre 1995 et comment la triste nouvelle allait bouleverser l’ensemble des membres de sa famille et surtout sa mère qui attendait près de 36 ans pour voir son mari.

En conclusion M. Jamal Améziane a notamment dit qu’" il est temps de vivre le reste de nos jours ( ) dans la paix, la sécurité et la quiétude, sans peur morale ou matérielle, ( ) et de s’engager dans un avenir que nous voulons sans violence et contre-violence, sans marginalisation, sans complots et sans vengeance collective ou individuelle".

4- LES SOUFFRANCES ENDURÉES PAR CHARI EL HOU

L’ancien détenu M.Chari El Hou a consacré son témoignage aux souffrances endurées après son arrestation en 1973.

Natif de Guelmima (Province d’Errachidia), M. Chari El Hou, professeur de français, a indiqué qu’à cette époque le fait d’intégrer les rangs de l’Union Nationale des Forces populaires ou le Syndicat National de l’Enseignement (SNE), était "synonyme d’arrestation et d’interpellation".

Il raconte qu’après avoir été détenu un mois à Guelmima avec des camarades, il a été conduit à Casablanca où il fût incarcéré au centre de détention secret Derb Moulay Charif. "Au départ c’était un atelier de réparation de pièces mécaniques relevant de la base française qui fut nationalisée en 1964", a-t-il indiqué.

El Hou, qui s’exprimait en langue française vu qu’il n’a appris que cette langue dans l’école, passa 11 mois de détention dans ce centre appelé par certains LAYA, dans des "conditions barbares". "Allongés 24 heures sur 24 sous la couverture, en plus de la sous alimentation et du manque total de soins médicaux, il y eut des grattages sans fin des poux qui nous envahissent tous, on attendait des fois 8 à 10 jours pour aller aux toilettes. Le mort est tiré, extrait du groupe. Et tout s’arrête là . On parlait tout bas de l’existence peut être derrière les murs d’une fosse commune".

M. EI Hou fut ensuite emprisonné dans le centre de détention secrèt à Tagounit au sud de Zagora avec 14 de ses confrères et puis dans la citadelle d’Agdez (province de Ouarzazate) où il a vécu le pire avec une alimentation insuffisante, "des légumes avariées, des fayots des lentilles, de pois chiches ou lds fèves baignant dans de l’eau grisâtre".

"Faible de nature, le malade tombe d’un seul coup, dépérit et souffre sous les yeux blasés de ses confrères qui n’ y peuvent rien. Le temps passe et c’est le rendez-vous avec la mort".

M. El Hou a rappelé avoir vécu le pire en août 1977. "Ce fut le bout de tunnel, on nous enjoint de ne pas parler, de ne jamais dire quoi que ce soit, sinon on s’exposerait à une situation plus atroce que celle là". Ils étaient 14 dans le groupe, sept sont décédés au bagne et 4 après la libération, a-t-il poursuivi.

5- GHALI BARA RACONTE LES CIRCONSTANCES DE SON ARRESTATION ET LE CALVAIRE VÉCU APRÈS SA LIBÉRATION

M. Ghali Bara, qui a passé plus de 15 ans de détention forcée, a consacré son témoignage aux circonstances de son arrestation en janvier 1976 dans le cadre des "événements du Sahara".

Dans ce témoignage, l’ancien détenu a dénoncé les sévices subies durant les années d’incarcération passées dans différents centres de détention secrets et le calvaire vécu même après sa libération en 1991.

Ghali Bara a été arrêté le 12 janvier en 1976 dans la région de Bouajouj à Tan Tan, en compagnie de 22 membres de sa famille, dont ses parents, ses frères et leurs épouses. Sept d’entre eux ont trouvé la mort.

Les évènements du Sahara ont eu lieu lors de la période de récupération par le Maroc des Provinces du sud en 1975, année pendant laquelle des émeutes ont éclaté entre les autorités et des activistes politiques. Ces affrontements ont donné lieu à des arrestations à Laayoune, Tan Tan et à Guelmim. Ghali Bara a été retenu à Ouinat Terkez avant d’être incarcéré à Tan Tan et Agadir, puis transféré le 27 février 1976 au centre de détention secret d’Agdez où il est resté jusqu’a octobre 1981, avant d’être conduit à "la citadelle de la mort" qu’est Kalaat Megouna, a-t-il- raconté.

M.Ghali Bara, a indiqué qu’il faisait partie d’un groupe de 364 personnes. Il avait été transféré en compagnie des membres de sa famille vers Tan Tan les mains ligotées et les yeux bandés, alors que leurs biens avaient été détruits et son cheptel abattu.

Les membres de la famille ont été libérés après avoir passé deux ans et demi de détention, a-t-il ajouté.

Ghali Bara, qui est né en 1942, a ajouté avoir été transporté par hélicoptère vers Tan Tan dans des conditions "inhumaines" où il a passé deux mois avant d’être transféré à Agdez ( de février en 1976 à octobre 1981).

Durant cette période, 28 personnes du groupe ont trouvé la mort, se rappelle-t-il.

Revenant sur les conditions de sa détention, Ghali Bara a affirmé avoir subi durant cette période de mauvais traitements et de graves tortures physiques et psychologiques (manque d’alimentation et diverses maladies). "Ils nous autorisaient à s’exposer au soleil uniquement 15 minutes par jour", a dit Ghali, qui a été libéré le 30 juin 1991 suite à une grâce royale.

Mais, les souffrances endurées par Ghali Bara et par les membres de sa famille se poursuivront après sa libération. Ils ont été obligés à confronter la pire réalité marquée par la pauvreté, après avoir tout perdu (papiers et titres fonciers), féritant de problèmes de santé avec des maladies dans les centres d’incarcération.

Ces conditions vont durer 10 ans, a-t-il ajouté, jusqu’à la décision de la commission d’arbitrage de l’indemniser.

Ghali Bara, qui a conclu son témoignage en souhaitant que de "tels dépassements" ne se reproduisent jamais, a appelé à la réparation des victimes de ces violations et à leur intégration dans la société.

6- M.RACHID MANOUZI appelle à "barrer la route à l’impunité"

L’ancien détenu M.Rachid Manouzi, a souligné qu’il n’est possible de clore la page du passé qu’en abandonnant définitivement les violations des droits humains, en respectant les pactes ratifiés par l’Etat et en barrant la route à l’impunité.

"Nous vivons un moment critique qui a trait au règlement du dossier des graves violations des droits humains. Moment critique pour nous les victimes, pour les forces vives du pays, mais aussi pour les décideurs, dans la mesure où, ensemble, nous devons établir les soubassements d’un règlement basé sur la vérité, la justice et l’équité", a indiqué Rachid Manouzi.

L’ancien détenu a focalisé une grande partie de son témoignage sur la souffrance qu’a endurée toute sa famille des suites de détentions arbitraires, à titre personnel, son père, sa mère et ses frères, ainsi que les parents et d’autres amis de la famille.

"Mon parcours en tant que victime est celui de la souffrances d’une famille toute entière, et notre situation continue de perdurer du fait que le sort de mon frère Houcine Manouzi, enlevé en 1972 à Tunis, reste toujours inconnu", a-t-il indiqué.

M. Manouzi a également mis l’accent sur l’importance de ces témoignages, dans la mesure où ils revêtent une dimension pédagogique qui n’atteindra, cependant, ses finalités qu’avec la liberté du témoin, condition incontournable pour le regain de la confiance.

Le témoin s’est rappelé des moments de son arrestation à l’âge de 19 ans, alors qu’il allait passer son examen du baccalauréat, ainsi que sa détention dans le centre de détention secret Derb Moulay Charif à Casablanca, où il a été incarcéré pendant trois mois, en compagnie d’autres membres de sa famille.

"J’avais 19 ans et j’allais passer ce jour l’examen du baccalauréat. A 7h du matin, alors que je m’apprêtais à rejoindre le lycée sur mon motocycle, trois personnes à bord d’une voiture m’avaient intercepté et m’ont emmené, les yeux bandés, vers un lieu inconnu. Je saurai plus tard qu’il s’agit de Derb Moulay Charif", a ajouté Rachid Manouzi.

Il a encore ajouté qu’à Derb Moulay Chérif où il avait rejoint beaucoup d’amis et des membres de sa famille, dont son père et ses frères, il avait subi la torture sous toutes ses formes (coups, privation de sommeil, agression sexuelle ), soulignant qu’il avait passé une période de trois mois sous la torture physique et psychologique dans cet endroit qui a connu beaucoup de décès, dont celui de Mohamed Sajid dans les années 60 du siècle passé.

Derb Moulay Cherif était un endroit apocalyptique qui abritait des hommes sans pitié et irrespectueux de l’être humain, , a-t-il expliqué, appelant ces personnes à libérer leur conscience et à contribuer, à leur tour, à mettre en exergue la vérité pour ouvrir largement les portes de la réconciliation globale.

M. Manouzi a, par la suite, évoqué ses passages par la prison militaire de Kénitra, inculpé qu’il est par l’atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, puis à la prison civile de Marrakech où il fut innocenté de l’accusation de l’atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat.

Il a précisé, dans ce contexte, que le tribunal de Marrakech l’avait acquitté en 1971, alors que son frère Houcine Manouzi avait été condamné à la peine de mort. Les autres membres de la familles avaient écopé de différentes peines, a-t-il ajouté.

Voulant refaire ses études, Rachid Manouzi avait rencontré plusieurs obstacles et fait l’objet de nombreuses poursuites de la part de la police, ce qui l’a poussé, selon ses dires, à quitter le Maroc pour passer 25 ans à l’étranger, s’éloignant de sa famille qui souffrait de l’isolement, de la répression et des pressions psychologiques, notamment après la tentative d’évasion avortée de son frère Houcine en 1975.

Il a expliqué dans ce contexte, que la vie à l’étranger était très pénible dans la mesure où "on devait supporter les souffrances du père emprisonné et du frère enlevé". "Plusieurs n’ont pas pu assister aux funérailles ou aux noces des leurs.

"L’étranger n’est pas un paradis, bien au contraire c’était une autre prison, où on vivait la misère et la nostalgie", a-t-il dit.

L’ancien détenu a, par ailleurs, soulevé le fait qu’il fait encore l’objet d’harcèlements et même de menaces d’arrestation de la part des autorités chaque fois qu’il décide de rentrer au Maroc.

7- Mme FATIMA AIT ETTAJER décrit le calvaire des familles des victimes

Mme Fatma Aït Ettajer, alias Oumi Fatma, mère de Hassan Semlali, détenu parmi le groupe Serfati en 1974, a souligné que les familles des victimes des violations passées des droits de l’Homme ont vécu un vrai calvaire sur les plans moral et matériel, tout au long de la durée de détention de leurs fils.

Dans son témoignage Mme Fatma Aït Ettajer a indiqué que les détenus du groupe Serfati ont été victimes d’enlèvement, ajoutant que les familles n’ont eu des nouvelles de leurs enfants qu’après une année et 3 mois de détention dans la prison d’Aghbila de Casablanca par le biais d’informations rapportées par certains journaux.

Après avoir évoqué les premières étapes de la disparition de son fils (Hassan Semlali), Mme Fatma Aït Ettajer a fait savoir qu’elle a reçu dans son domicile (Kénitra) des "visites de personnes étranges", sachant qu’elle n’avait aucune information sur son fils et ne savait même pas s’il était mort ou toujours en vie.

Oumi Fatma a indiqué Une semaine après la détention de son fils qu’elle a été convoquée au commissariat de police où on lui avait appris la décision d’effectuer une perquisition de son domicile.

Lors de cette perquisition, on a procédé à la saisie de tous les livres même ceux de son défunt époux, a-t-elle dit, ajoutant que sa demeure a été mise sous surveillance continue, ainsi que tous les membres de la famille et que tous les proches de la famille étaient menacés et ne pouvaient leur rendre visite de crainte d’interpellation.

Et d’ajouter qu’elle a pris connaissance de l’existence à Kénitra de certaines familles qui vivaient le même calvaire, ainsi que d’autres familles éplorées dans les villes de Nador, Tétouan et Tanger, Marrakech qui devaient entamer une autre souffrance avec les déplacements jusqu’à Casablanca pour avoir des nouvelles de leurs fils.

C’est ainsi que les familles des détenus ont commencé à nouer des contacts entre elles et à s’organiser, a-t-elle expliqué, ajoutant qu’après toute les épreuves cruelles qu’elles ont enduré, les familles des détenus ont appelé à ce que leurs fils soient jugés.

C’est ainsi que les familles ont observé une grève de la faim pour voir leurs doléances satisfaites, a poursuivi Oumi Fatma, notant qu’elles ont contacté plusieurs responsables dans l’objectif d’entamer le procès de leur fils, notamment le gouverneur de la ville de Casablanca où elles ont organisé un sit-in, à l’issue duquel elles ont été détenues pour une durée de 29 heures malgré la présence parmi elles d’une femme âgée d’environ 80 ans. Le procès s’est déroulé dans des conditions difficiles marquées par l’interdiction de visite et l’oppression exercées sur les familles des détenus avant que ceux-ci ne soient jugés, puis transférés au centre pénitencier de Kénitra où ils ont observé une grève de la faim de plus de 40 jours. Cette grève a entraîné la mort de certains dont Saida Menebhi et causé des troubles psychologiques à d’autres.

Des avocats qui soutenaient leurs fils ont aidé également les mères malades, en particulier celles qui souffraient de diabète.

Les mères ont également contacté la presse afin d’attirer son attention sur le problème de leurs fils qui observaient une grève de la faim et pour faire en sorte que leur calvaire soit connu de l’opinion publique.

Les mères, a poursuivi Oumi Fatma, ont organisé un sit-in dans la mosquée "Jamââ Sounna" pour lire le Coran, et appelé à mettre fin à la grève de faim de leurs fils, avant d’être conduites par les agents de la police à un commissariat de Rabat où elles ont été maltraitées.

Elles ont également organisé un sit-in devant le siège du ministère de la Justice pour revendiquer la fin de la grève de leurs fils pour se voir arrêtées de nouveau et contraintes de passer la nuit au commissariat.

Faisant observer qu’elle avait ouvert son domicile à toutes les familles des détenus venant des régions éloignées, la mère du détenu Hassan Semlali a expliqué que bien des soeurs de détenus se sont vues divorcées payant ainsi de leurs vies conjugales le prix du soutien qu’elles ont apporté à leurs frères.

Imprimer Envoyer cette page Haut de page

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

« Il s’agit non pas seulement de partager la connaissance et la réappropriation du passé mais aussi de faire surgir dans le présent et le débat contradictoire, des normes et des règles communes de vivre et bâtir ensemble le futur… »
Driss Benzekri

Conseil Consultatif des Droits de l’Homme Place Ach-Chouhada, B.P. 1341, 10 001 Rabat- Maroc
Tél : + 212 37 72 68 56
Fax : + 212 37 72 22 07


Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-stats.php3 on line 55