Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 418

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 438

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 562

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 596

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 597

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 598

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 739

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 743

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 746

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 57

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 1088

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_filtres.php3 on line 259

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_filtres.php3 on line 259

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 901

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 955

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 956

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 957

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 958

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 959

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 960

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 961

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 962

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 963

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_documents.php3 on line 78

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 901

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 955

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 956

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 957

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 958

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 959

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 960

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 961

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 962

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 963

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 188

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 415

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 901

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 955

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 956

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 957

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 958

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 959

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 960

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 961

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 962

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_texte.php3 on line 963

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_documents.php3 on line 111

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_documents.php3 on line 111

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 133

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517
Synthèse de la troisième séance des auditions publiques à Figuig
Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85
Royaume du Maroc - Instance Equité et Réconciliation  

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Synthèse de la troisième séance des auditions publiques à Figuig

 

La 3è séance des auditions publiques de l’Instance Equité et Réconciliation (IER) sur les violations passées des droits de l’Homme entre 1956 et 1999, a débuté samedi après-midi à Figuig par l’audition de dix témoignages.

Les deux premières séances ont été organisées les 21 et 22 décembre dernier à Rabat. Outre la séance de Figuig, deux autres sont prévues respectivement à Errachidia et Khénifra.

Lors de la séance de Figuig, qui a été présidée par M. Brahim Boutaleb, membre de l’IER, les dix témoignages ont été livrés par M. Mohamed Zaidi, fils de feu Brahim Zaidi, Mme Khadija Malki, fille de feu Ahmed Malki, Mme Malika Senhaji, fille de feu Mohamed Senhaji, MM. Mohamed Kada, Bouaaza Benchara, Mohamed Aamara, Mohamed Bouderdadra, Mme Fatima Saadeddine, MM. Abdelhak Benabdellah, et Abderrahim Ouazzan, fils de Belkacem Ouazzan.

Cette rencontre s’est déroulé en présence de représentants de la société civile, d’organisations de défense des droits de l’homme, de média nationaux et internationaux, des autorités publiques et d’organisations politiques et syndicales.

Les témoignages ont porté sur les violations des droits de l’homme commises dans la région orientale en rapport avec les événements de 1963, 1973 et 1984.

M. Mohamed Amara : « j’ai été incarcéré pour des motifs que j’ignore et pour des faits auxquels je n’étais pas mêlé du tout »

M. Mohamed Amara, l’une des victimes des violations passées des droits de l’Homme dans la région de Figuig, et qui ont été arrêtées en rapport avec les événements de 1973. Dans son témoignage livré dans le cadre de la 3ème séance des auditions publiques sur les violations passées des droits de l’Homme entre 1956 et 1999, organisées par l’Instance Equité et Réconciliation (IER), M. Amara (59 ans) a indiqué avoir subi, dès le premier jour de sa détention, le 22 juillet 1974, en compagnie d’une autre personne dénommée Bouaâlam Mahni, "toutes formes de torture morale et physique" avant d’être transféré dans la ville de Bouaârfa puis à Oujda.

Il a ajouté avoir été transféré par la suite à Casablanca et précisément dans la prison de Derb Moulay Chrif, qu’il dit bien connaître pour avoir travaillé auparavant dans cette ville. Il a indiqué être resté en détention dans ce pénitencier du 27 juillet 1974 au 17 août 1978. Durant toute cette période, il affirme avoir enduré "les pires formes de torture et d’humiliation", qui lui ont occasionné plusieurs maladies, ce qui l’avait amené à subir une opération chirurgicale sur l’un de ses pieds. La conséquence en a été la paralysie des membres.

M. Amara a ajouté avoir été poursuivi devant le tribunal militaire en juin 1977 pour plusieurs chefs d’accusations, dont "la participation à un mouvement visant le régime, la constitution d’une cellule secrète et l’entraînement à l’utilisation d’armes". Pour ces accusations, il dit avoir été condamné à un an et demi de prison ferme.

M. Amara a indiqué qu’après son élargissement, il a ressenti plus d’amertume en découvrant l’ampleur des souffrances endurées par tous les membres de sa famille, et à leur tête son épouse et sa mère à cause des harcèlements subis de la part de la police, ajoutant que sa libération, qui coïncidait avec le retour de son frère Mostafa du Machrek après une absence de 11 ans, avait profondément ému sa mère. Il a affirmé avoir senti encore plus d’amertume lorsque sa mère a voulu lui présenter les personnes venues le féliciter après sa sortie de prison, surtout les membres de sa famille, comme s’il avait perdu la mémoire lors de sa détention.

Evoquant la souffrance de certains de ses compagnons en prison, il a cité les cas de Ahmed Harzenni, Donan et Zayed qui a rendu l’âme en prison suite à la négligence et le refus des gardiens de lui apporter la moindre assistance malgré la détérioration de son état de santé.

S’agissant des problèmes qu’il a affrontés, lui-même et les membres de sa famille après sa libération, il a cité, entre autres, le siège imposé à son domicile et la traque dont il faisait lui-même l’objet ainsi que les membres de sa famille dans la ville de Figuig, indiquant que son frère Mostafa a été arrêté à deux reprises sans motifs, la première étant intervenue dès son retour de Syrie pour être libéré trois jours plus tard alors que la deuxième a eu lieu à Oujda pour être à nouveau libéré.

Mme Khadija El Malki : « ils m’on soumis à des pratiques qu’il m’est difficile de rapporter »

Mme Khadija El Malki, fille d’Ahmed El Malki (alias Jha), qui a trouvé refuge en Algérie en raison de ses activités dans l’opposition au sein de l’Union nationale des forces populaires (UNFP), a présenté, samedi à Figuig, son témoignage sur ses souffrances et les tortures qu’elle a subies, ainsi que sa famille, à la fin des années 1950 et durant les années 1960.

Mme El Malki n’a pas pu retenir ses larmes en racontant les souffrances qu’elle a endurées, notamment dans un commissariat de police d’Oujda après les événements de 1963, alors que son âge ne dépassait guère 15 ans, affirmant la voix brisée : "Ils m’ont soumis à des pratiques qu’il m’est difficile de rapporter".

Revenant dans son témoignage, présenté dans le cadre des séances d’auditions publiques organisées par l’Instance Equité et Réconciliation (IER), sur les circonstances de son arrestation, Mme El Malki a raconté qu’elle avait reçu une communication de l’Algérie, où se trouvaient son père et d’autres, dans laquelle son interlocuteur lui demande de se rendre à la gare ferroviaire pour accueillir une dame qu’"elle connaît" et la mettre en contact avec une personne qui allait lui faciliter l’entrée en Algérie pour rejoindre son mari.

Mme El Malki a indiqué qu’elle s’était exécutée mais que la dame lui avait fait la demande de lui rédiger un message contenant l’expression : "l’objet en question est bien arrivé". "Je ne sais par quel moyen ce message est parvenu au 4ème arrondissement de police de Casablanca", a-t-elle enchaîné, rapportant que "notre maison a été prise d’assaut, de nuit, par un grand nombre de personnes au point qu’elle est devenue tel un camp, et exposée à une lumière telle que l’ont dirait qu’il faisait jour".

"Ils m’ont menacé en braquant leurs armes vers moi et ont fouillé toute la maison en demandant, tout en ne s’arrêtant pas de m’insulter : Où est +l’objet+ ? où est Bounailat ? où est Jha ? (...)".

"Le fait que ma mère soit enceinte n’y a rien changé. Ils l’ont torturé et brûlé avec des mégots de cigarettes. Ils m’ont ensuite emmené au commissariat de police à bord d’une Peugeot blanche où l’un d’entre eux avait immobilisé ma tête entre ses jambes", a ajouté Mme El Malki.

Au commissariat central de police d’Oujda, a-t-elle relaté, "ils m’ont battu avec des barres de fer et réduit mes vêtements en lambeaux tout en pressant un chiffon sale contre mon visage et en urinant sur moi".

Mme El Malki s’est arrêtée un moment et a dit : "ils m’ont soumis à des pratiques qu’il m’est difficile de rapporter (...) ils m’ont ensuite ligoté contre une chaise, alors j’étais tout en sang et m’ont transporté dans une cellule".

Et de poursuivre : Des jours après ma libération, à travers laquelle ils espéraient "prendre au piège" d’autres personnes, un mendiant s’est présenté à moi et m’a remis un bout de papier où était écrit que je devais me rendre avec les membres de ma famille à un bain à Oujda, emprunter l’entrée principale et sortir de la porte de derrière (...) Nous y avons trouvé qui nous a emmené à Ahfir et à l’aube, nous avons traversé Oued Kiss et pu rejoindre le territoire algérien".

"Ma famille est restée en Algérie, a indiqué Mme El Malki, où nous ne comptions pas de proches et où la patrie nous manquait, cette patrie pour l’indépendance de laquelle nous nous sommes battus" jusqu’en 1975, date à laquelle a surgi l’affaire du Sahara marocain. "Les autorités algériennes nous avaient demandé alors de reconnaître le Sahara occidental ou de quitter l’Algérie". "bien entendu, nous avons refusé. Nous avons défendu le Sahara, comment oserons-nous y renoncer ?, a-T-elle affirmé, ajoutant que "Mohamed Basri (Fqih Basri) nous a conduit en Libye (c’était en 1979)", où Mme El Malki a épousé "un militant" et eut 5 enfants. Elle a regagné la mère-patrie après la grâce royale de 1995.

Les souffrances de Mme El Malki ne sont pas arrêtées là, a-t-elle dit, indiquant : "Mes enfants sont délaissés, personne ne m’a aidée et je n’ai pas de logement (...) nous rendons grâce à Dieu qui nous a donné cette occasion pour raconter ce qui nous est arrivé".

Mme El Malki avait commencé son témoignage en racontant les souffrances qu’elle a endurées avec sa famille sous l’occupation coloniale, précisant que que son père, Ahmed El Malki, avait combattu dans les rangs de l’armée de libération aux côtés d’autres résistants comme Said Bounailat, Ahmed Lemsaadi, Abdellah Senhaji et Said Ould El Haj. Mme El Malki a également affirmé que sa mère "cachait les armes dans de la laine et les transportait au loin à chaque fois qu’elle venait à apprendre que notre maison allait être fouillée".

"Nous avons vécu comme des orphelins mais cela n’avait pas le même effet que les tortures de la période de l’indépendance", a-t-elle ajouté, affirmant que son père avait été enlevé durant les événements du nord de 1957 pendant 6 mois. Lors du procès, "nous avons pu voir notre père dans les toilettes (...) mais mon petit frère n’avait pas supporté de le voir dans l’état où il était s’en éloignant en disant : non ce n’est pas mon père", a-t-elle raconté.

En 1959, "nous avons vécu les mêmes souffrances, on nous a accusé d’avoir organisé la fuite d’Abdelfettah Sebbata et d’Abdesslam Jebli", après quoi "des camarades nous ont demandé de prendre de la distance et de partir à Oujda où j’ai pu obtenir le certificat d’études primaires", a-t-elle dit. "J’ai été cependant frustrée de la joie de la réussite puisqu’en 1963, on nous a accusé de tentative d’attentat et d’introduction d’armes", a-t-elle indiqué.

Belkacem Ouazzen : « l’argent ne saurait en aucun cas compenser notre souffrance » , « notre requête est de connaître le sort de notre père mort ou vivant »

Intervenant dans le cadre de la 3è séance des auditions publiques de l’Instance Equité et Réconciliation (IER) sur les violations passées des droits de l’Homme entre 1956 et 1999, organisée samedi à Figuig, Abderrahim Ouazzan, fils de Belkacem Ouazzan, a dans un témoignage chargé d’émotions retracé les souffrances et les différentes formes d’humiliation et de pressions subies par sa famille durant plusieurs années sans en savoir les motifs.

Il a souligné que son père, Belkacem Ouazzan natif de Figuig en 1924, faisait partie de la famille de la résistance avant de s’engager, dès l’indépendance, dans les rangs des Forces Auxiliaires, où son unique préoccupation était de défendre sa patrie, a-t-il dit.

Le 17 avril 1973, s’est-il rappelé, Belkacem Ouazzan a été arrêté sur le lieu de son travail, aux frontières avec l’Algérie, sous l’inculpation d’héberger des personnes qui conspiraient contre le régime. Sa famille, a-t-il ajouté, a perdu toute trace du père jusqu’à ce que ce dernier ait envoyé une lettre depuis la prison centrale de Kenitra.

Belkacem Ouazzan a été acquitté le 30 août 1973, a-t-il dit, ajoutant que ce jugement n’a pas été du goût de certains qui ont aussitôt mis en oeuvre leur plan pour qu’il soit enlevé de l’intérieur même de la prison centrale de Kenitra. Sous l’impulsion de la mère, la famille Ouazzan a immédiatement réagi à cet enlèvement en adressant plusieurs lettres aux responsables leur demandant d’élucider le sort de Belkacem, bravant les pressions et les menaces.

Après avoir rappelé que le Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) avait, en 1998, cité son père parmi les personnes décédées, M.Abderrahim Ouazzan a tenu a souligner qu’"aussi longtemps que la famille Ouazzan ne dispose pas de preuve matérielle (les restes) sur la mort de Belkacem, le crime de disparition arbitraire reste maintenu".

"Si le destin nous a privé de Belkacem Ouazzan vivant, on ne peut s’en priver alors qu’il est parmi les morts", a-t-il dit.

Abderrahim Ouazzan a par la suite fait état des souffrances subies sur le plan matériel par sa famille après l’enlèvement de son père, qui était le seul à pouvoir subvenir à ses besoins, ce qu’il l’a condamnée à vivre longtemps dans le dénuement.

Bouaazza benchra : « mon imprimerie a fait objet de fermeture, parce que je me suis opposé à la volonté des autorités de soumettre à la censure les livres que j’éditais », « j’oeuvrais pour la promotion de la culture du livre au Maroc »

M. Bouaaza Benchara, l’une des victimes des violations passées des Droits de l’Homme, a affirmé que son imprimerie, qui constituait pour lui l’unique moyen de subsistance, avait fait l’objet de fermeture parce qu’il s’était opposé à la volonté des autorités de soumettre à la censure les livres qu’il édite, une décision qui l’avait mis, lui et sa famille, à la rue, sans domicile et sans ressources.

Présentant son témoignage lors de la 3-ème séance des auditions publiques initiées par l’Instance Equité et Réconciliation (IER) sur les violations passées des droits de l’Homme entre 1956 et 1999, organisée samedi à Figuig, M. Benchara a indiqué qu’il avait été arrêté, en 1961, après sa participation à une manifestation publique et révoqué de son emploi en tant que secrétaire particulier du chef de cercle de Figuig après que les autorités aient considéré que sa conduite était incompatible avec sa fonction. Il a précisé à cet égard qu’il avait participé à cette manifestation à titre personnel sans que cela n’ait rien à voir avec sa fonction.

Les autorités, a indiqué M. Benchara, avaient cependant jugé que c’était un comportement anormal du fait que j’étais chargé d’un travail qui requiert la discrétion et sont même allées jusqu’à m’accuser d’être à l’origine de l’organisation de la manifestation en me considérant comme un élément perturbateur et dangereux au sein de l’Union Nationale des Forces Populaires (UNFP), surtout qu’elles se sont rendues compte que j’étais un lecteur assidu du journal Attahrir". "On m’a collé toute ces accusations pour justifier mon arrestation, en compagnie d’autres", a-t-il dit précisant avoir été "détenu pendant un mois, sans jugement, à la prison civile d’Oujda".

Il a également affirmé que depuis cette arrestation, il a été pris pour "un microbe contagieux" qu’il faut tenir à distance, indiquant avoir été proposé pour un poste de maître d’école dans une zone éloignée en pleine montagne pour l’empêcher de se mêler aux autres enseignants, ce qui l’a acculé à démissionner pour rejoindre l’institut originel d’Oujda, dont le directeur a "reçu des instructions" pour refuser sa demande. Il a indiqué avoir finalement sollicité un travail au secrétariat de l’UNFP à Casablanca.

M. Benchara a, en outre, déclaré qu’il avait été arrêté une nouvelle fois, en 1963, en compagnie d’Abderrahim Bouabid et d’autres militants, après que le siège de l’UNFP ait été investi par la police qui n’a pas fait de distinction entre la direction du parti et les employés de son secrétariat, soulignant qu’il a fait l’objet, pendant un mois au commissariat central de Casablanca, de différentes formes de torture.

Après sa sortie de prison, a-t-il ajouté, il n’a pas pu reprendre son emploi, vu que la direction de l’UNFP était placée en détention, ce qui l’a conduit à rejoindre l’imprimerie "la Maison d’édition marocaine" où il acquis une expertise qui l’a qualifié pour réaliser sa propre imprimerie, la "Société Benchara pour l’impression et l’édition".

Le projet avait pour objectif de développer l’activité d’impression au Maroc et servir le champ culturel qui s’est développé grâce "aux oeuvres diversifiées que nous avons éditées pour des écrivains illustres, aussi bien de la gauche que de la droite, en plus de revues connues comme Attakafa Al-Jadida, Azzaman Al Maghribi, Al Forkan, et autres", a-t-il dit.

M. Benchara a estimé que le plus dur pour lui avait été la fermeture de son imprimerie par les autorités après son refus de soumettre à la censure tout projet de livre destiné à l’impression, soulignant qu’il avait répondu que toute action de ce genre doit s’opérer par voie judiciaire et qu’il n’est pas responsable des idées contenues dans les oeuvres imprimées par sa société.

Cette décision, a-t-il encore affirmé, l’avait poussé à liquider sa société, ce qui l’a privé de tout revenu et a influé négativement sur sa vie conjugale puisqu’il s’était séparé de sa femme qui "ne supportait plus de vivre dans ces conditions".

Après 25 ans de mariage, "je m’étais trouvé sans domicile et sans travail, ce qui a fait de moi un fardeau pour la famille de mon jeune frère, alors que dans le passé, j’avais refusé plusieurs offres alléchantes par fidélité pour mes principes", a-t-il déclaré.

M. Mohamed Kada : « j’ai été incarcéré en raison de mon activité syndicale »

M. Mohamed Kada, qui a consacré son témoignage aux circonstances de sa détention, à la souffrance et à la torture qu’il a subies au début des années 70 et 80, a estimé que ce qu’il a enduré durant son incarcération est beaucoup moindre que ce qui a été vécu par les personnes qui avaient livré leurs témoignages avant lui.

M. Kada a d’emblée indiqué que ses tourments avec la police ont commencé en 1972, lorsqu’un groupe composé de 20 éléments de la gendarmerie et de la police en plus du Caïd ont pris d’assaut le siège de l’UMT à Berkane, où se tenait une réunion syndicale locale, et confisqué les documents du syndicat.

Il a ajouté avoir été arrêté, le 27 mars 1973, par la police de Berkane sans en connaître le motif, avant d’être transféré dans les centres de police d’Oujda et de Casablanca, où il a subi toutes les formes de torture qu’il dit ne pas pouvoir toutes énumérer. Après 50 jours de détention, il affirme avoir été libéré durant la nuit sans avoir été déféré devant la justice.

M. Kada a indiqué qu’il a continué à souffrir même après sa libération, particulièrement après que l’administration au sein de laquelle il exerçait, ait refusé sa demande de reprise de service jusqu’à ce qu’il produise une attestation justifiant son absence.

Il a ajouté que sa deuxième incarcération est intervenue le 11 décembre 1973 après l’appel à la grève lancé par la section locale de l’UMT à Berkane aux quelque 500 agriculteurs de la province. M. Kada a indiqué avoir été surpris par la violente intervention des éléments de la police malgré que les autorités locales aient été préalablement avisées de cette décision.

Il a dit avoir été transféré ensuite, en compagnie de cinq personnes, à la prison de Derb Moulay Chrif à Casablanca, où il a passé 8 mois avant d’être condamné à 10 ans de prison pour atteinte à la sécurité de l’Etat.

Témoignant de sa souffrance et de celle de certains de ses compagnons de prison, il a précisé que la cellule (2m sur 1m) manquait de conditions d’hygiène les plus élémentaires, se référant, entre autres, au cas de Fatna Labih qui a rendu l’âme sous l’effet de la torture et à ceux de Abdellah Zaâzaâ et d’Abraham Serfati.

Il a ajouté que cette situation dégradante a amené les détenus à observer une grève de la faim qui a duré 45 jours, ce qui, a-t-il dit, a produit quelques résultats à savoir les "privilèges" dont jouissent les prisonniers à l’heure actuelle.

M. Kada a indiqué qu’après ce mouvement de protestation, les autorités pénitentiaires ont décidé de répartir les détenus en trois groupes, ce après quoi, il a été transféré à la prison de Chaouen où il a séjourné pendant deux ans.

En 1979, il a été transféré à la prison centrale de Casablanca avant d’être libéré suite à la grâce royale du 23 août 1984.

Mme Malika Senhaji : « l’objectif n’est pas de prendre une quelconque revanche mais de tenter de surmonter les épreuves du passé »

Mme Malika Senhaji, fille de Mohamed Senhaji, victime des violations passées des droits de l’homme, a affirmé que la mort de son père sous l’effet de la torture au poste de la gendarmerie royale à Figuig, deux jours après son arrestation en rapport avec les événements de mars 1973, l’a profondément affecté.

Mme Senhaji a indiqué dans son témoignage livré lors des séances d’auditions publiques des victimes des violations passées des droits de l’homme (1956-1999) organisées, samedi à Figuig, par l’Instance Equité et Réconciliation (IER) qu’elle "a été contrainte de vivre éloignée de son père alors qu’elle n’avait pas plus de 5 ans", ajoutant que "sa mère est devenue veuve dès l’âge de 24 ans avec 3 enfants à charge et sans aucun soutien et qu’elle est décédée des suites d’une maladie, en affrontant seule les conditions misérables de sa famille, sans pour autant connaître la vérité sur l’arrestation et la mort de son mari".

Mme Malika Senhaji a ajouté que la mort de son père "a causé des préjudices moraux et matériels à toute la famille qui était alors en proie à la peur", indiquant que l’année 1973 est devenue pour sa famille "synonyme de malheurs".

Mme Senhaji a également affirmé qu’un témoin était "heureusement ou malheureusement" détenu arbitrairement dans le cadre de la même affaire répondant au nom de Aissa Ahmed qui avait vu Mohamed Senhaji agoniser, ajoutant que son père fut enterré sans que sa famille en soit avisée et que la gendarmerie royale ne l’a informé que deux jours après l’enterrement en se contentant de lui signifier qu’il était mort de "mort naturelle".

Mme Senhaji a souligné qu’il lui était difficile de retracer dans ce témoignage toutes les souffrances qu’elle et sa famille ont endurées, précisant que son "objectif n’est pas de prendre une quelconque revanche mais de tenter de surmonter les épreuves du passé qu’elle ne saurait oublier".

Elle a enfin évoqué les conditions sociales difficiles dans lesquelles vit actuellement sa famille.

M. Mohamed Zaidi : « mon témoignage a pour objectif de rappeler les vérités pour que prévale l’équité »

Dans son témoignage livré lors de la troisième séance des auditions publiques des victimes des violations passées des droits de l’homme (1956-1999), M. Mohamed Zaïdi a indiqué que sa famille a été fortement affectée par le décès de son père (Brahim Zaïdi) en prison.

"Ces souffrances, a-t-il dit, ont été ressenties pendant plusieurs mois par tous les habitants de la ville de Figuig, particulièrement Ksar Zraka", ajoutant que les violations des droits civiques, politiques, économiques et sociaux de l’homme durant cette période ont occasionné des pertes de biens et de moyens de subsistance.

M. Zaïdi a souligné les conditions dramatiques que sa famille a vécues particulièrement après que son père ait quitté clandestinement Figuig vers l’Algérie suite aux événements de mars 1973. Commençaient alors les souffrances pour toute la famille qui, redoutant la terreur, vivait en isolement.

M. Zaïdi a affirmé que son père était un membre actif du mouvement national, de la résistance et de l’armée de libération contre la colonisation et a été nommé, à l’aube de l’indépendance, adjoint du caïd du village de Tinajdad (Goulmima) jusqu’à ce qu’il ait quitté le Maroc et qu’on n’ait plus aucune nouvelle de lui.

L’absence du père, qui était l’unique soutien pour toute la famille, a eu un impact psychologique et physique profond sur la mère, a dit M. Zaïdi, ajoutant que l’intimité du domicile familial a été à maintes reprises violée et que lui même, alors élève, n’échappait pas aux intimidations.

M. Zaïdi a indiqué qu’après cinq ans, la famille a reçu une lettre écrite par le défunt, dans laquelle il faisait savoir qu’il était détenu à la prison Laâlou à Rabat, et qu’il avait été enlevé depuis l’Algérie et transféré au Maroc dans des conditions mystérieuses, ajoutant avoir tenté à maintes reprises de lui rendre visite après l’échange des lettres, mais n’a pas pu le voir qu’une seule fois.

Il a rappelé que le défunt a demandé dans sa dernière lettre reçue par la famille qu’on lui procure certaines affaires et de l’argent, et de commettre un avocat pour sa défense. Muni de ces affaires, M. Zaïdi a indiqué s’être rendu à Rabat, en espérant voir son père. Mais, son étonnement fut grand de découvrir l’avis de décès de son père sur les colonnes du journal "Al Mouharir".

Il qualifié de "dur et pénible" le moment où la famille a appris la nouvelle de ce décès dans des conditions obscures.

M. Zaïdi avait entamé son témoignage en exprimant sa gratitude à SM le Roi Mohammed VI pour avoir créé l’Instance Equité et Réconciliation et réhabilité les victimes des graves violations des droits de l’Homme, considérant qu’il s’agit d’une initiative d’une haute portée et d’une grande finalité, en ce qu’elle tend à la réconciliation, à l’équité et à la justice pour l’édification d’une nouvelle société marocaine où prévalent la démocratie, les principes des droits de l’Homme et la véritable citoyennté.

Feu Brahim Zaïdi a séjourné plus de 4 ans dans la prison de Derb Moulay Chrif, avant d’être déféré, le 19 août 1978, devant le tribunal militaire de Rabat et transféré à la prison civile Laâlou où il est décédé.

Mme Fatéma Saad Eddine : « je ne savais pas comment traiter avec les agents d’autorité »

Fatima Saad Eddine, la femme qui a vécu sous l’aile protectrice de son mari, jusqu’à l’arrestation de celui-ci, a fait part, samedi soir à Figuig, de ses souffrances et de celles endurées par sa famille ainsi que les violations des droits de l’homme subies suite aux événements de 1973.

Dans son témoignage livré dans le cadre de la 3-ème séance des auditions publiques sur les violations passées des droits de l’Homme entre 1956 et 1999, organisées par l’Instance Equité et Réconciliation (IER), Mme Fatima Saad Eddine a précisé que ces souffrances ont affecté même le bébé dont elle était enceinte et qui verra le jour mort né.

Mme Fatima Saad Eddine, née en 1944 à Figuig, raconte que son mari était sorti un jour de 1973 pour aller au travail, sans retour au domicile familial et c’est plutôt l’armée qui se pointe devant la maison, jour et nuit, marquant le début d’endurances qui ont atteint leur paroxysme durant les deux premiers mois par un encerclement continu de la bâtisse abritant les membres de la famille.

Mme Fatima Saad Eddine a dit que les forces stationnées devant le domicile y pénétraient sans autorisation et à n’importe quelle heure, de jour comme de nuit, terrorisant ainsi la famille durant deux mois consécutifs, et pendant lesquels elle se contentait, pour le manger, de dattes, eau et une maigre soupe.

Elle a souligné que le comble est qu’elle n’était jamais une habituée des sièges de commissariat, ni des tribunaux, et ne sachant comment traiter avec les agents d’autorité.

Elle a ajouté que les interrogatoires et les irruptions dans son domicile se poursuivaient sans cesse, et avec leur lot de terreur, exactions et questionnements auxquels elle n’avait pas de réponse.

En début juin 1973, son mari fait signe de vie à la prison de Kénitra, où elle lui a rendu visite en compagnie de ses enfants, mais, ces derniers, dit- elle, n’ont pu reconnaître leur père, tant il a changé.

Dans son témoignage, Mme Fatima Saad Eddine révèle aussi qu’elle fut atteinte de tyroide, qu’elle n’ a pu traiter, que dix ans après.

M. Mohamed Bouderdara : « je voudrais témoigner sur la mémoire collective de la blessure marocaine. C’est que quand un seul individu fait l’objet de répression ou d’affres de détention, c’est toute la société qui se trouve touchée dans sa dignité et dans sa liberté »

Dans son témoignage livré samedi soir à Figuig dans le cadre de la 3-ème séance des auditions publiques sur les violations passées des droits de l’Homme entre 1956 et 1999, organisées par l’Instance Equité et Réconciliation (IER), M. Mohamed Boudrara, né en 1948 et qui fut arrêté le 10 octobre 1973, a fait part de son amère expérience vécue dans des lieux de détention secrets. Il a fait notamment état de "torture sauvage" subie dans le lieu de détention dit "corbis", avant d’être traduit devant le tribunal, où il a bénéficié d’innocence en Aout 1976. Il a indiqué que tous ceux qui ont subi le même sort que lui étaient candidats à la mort ou à la folie pour en avoir vu de toutes les couleurs, du fait de tortures corporelles et psychiques, de conditions de détention catastrophiques à "Corbis", qui est un ancien hangar de réparation d’avions, érigé en centre préjudiciable aux êtres humains.

Après avoir salué le rôle de l’Instance Equité et Réconciliation qui a "donné la parole à ceux qui ne pouvaient y avoir droit", M. Boudrara a également salué les ONG nationales et internationales des droits de l’homme pour les efforts qu’elles ont déployés pour la défense des droits des victimes.

Comme habillement une vieille tenue militaire, les menottes en permanence, les yeux bandés, le sommeil à même le sol en ciment froid, les poux en plein le corps..tels sont quelques aspects de la scène pénitentiaire tel que raconté par Boudrara. Celui-ci se rappelle que les détenus imploraient même Dieu, après chaque prière, pour être transféré au bagne de Derb Moulay Chrif, comme pour dire que leur situation à "Corbis" était des pires qui soit.

L’ancien détenu, qui affirme ne jamais oublier les images des milliers de détenus ayant passé par "Corbis", ne cache pas, pour autant, son optimisme quant à l’avenir prometteur qui attend les Marocains, exprimant sa conviction que le processus de tourner la page du passé constitue un préalable fondamental pour l’édification du Maroc démocratique.

Il a insisté sur la poursuite de l’action pour lever le voile sur le sort de toutes les personnes enlevées et celui des disparus sur la voie de la consécration de l’état de droit et de la souveraineté du droit.

M. Abdelhak Benabdellah : « je lance un appel aux responsables de ces violations pour qu’ils présentent des excuses aux victimes, ces violations seront alors pardonnées, et nous pourrons ouvrir une nouvelle page et consacrer l’Etat de droit où sera préservée la dignité de l’homme et garantir le respect entre les citoyens et institutions »

M. Abdelhak Benabdallah, qui est intervenu lors de la 3-ème séance des auditions publiques organisées samedi à Figuig par l’Instance Equité et Réconciliation (IER), a décrit les conditions de son arrestation en janvier 1984 et sa condamnation à quatre ans de prison ferme, en rapport avec les événements qu’ont connus plusieurs villes marocaines.

Après avoir rappelé qu’il avait été arrêté une première fois, en septembre 1982, à cause des mouvements de protestation au sein du collège où il enseignait, et condamné à trois mois de prison que le pourvoi en appel a transformé en sursis, M. Abdelhak Benabdallah , né en 1964 à Berkane, s’est attardé sur les formes de torture qu’il affirme avoir subies durant 19 jours avant sa traduction en justice.

Il a ajouté qu’il a été, ce jour là, arrêté sans discernement et jeté en prison, aux côtés d’autres personnes, dont la plupart étaient des enfants arrêtés lors d’une intervention musclée des forces de l’ordre.

M. Benabadallah a égalemant fait état des traitements dont il a été l’objet en prison indiquant qu’en raison des conditions carcérales et de privation de tous les droits, il a été acculé à observer une grève de la faim avec d’autres co-détenus, ce qui a conduit à leur hospitalisation à l’hôpital Al Farabi (Oujda).

Il a dévoilé que sous l’effet de la torture qui lui était infligée lors de l’interrogatoire alors qu’il n’était âgé que de 19 ans, il a été contraint de divulguer les noms de deux camarades qui ont été arrêtés et subi le même sort .

Au terme de son témoignage, M. Benabdallah a lancé un appel à ceux qu’il considère comme responsables de ces violations pour qu’ils présentent des excuses aux victimes, lesquelles violations seront alors pardonnées, afin d’ouvrir une nouvelle page et consacrer l’Etat de droit où sera préservée la dignité de l’homme et garanti le respect entre les citoyens et institutions.

M. Benabdallah, qui a également indiqué s’être refugié en France en 1989, suite aux arrestations opérées dans les milieux estudiantins à Fès et bénéficié de la grâce royale de 1994, a également soulevé les souffrances endurées par son frère, Mohamed, qui a été arrêté à son tour en 1981.

Imprimer Envoyer cette page Haut de page

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 51

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 52

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-cache.php3 on line 53

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

« Il s’agit non pas seulement de partager la connaissance et la réappropriation du passé mais aussi de faire surgir dans le présent et le débat contradictoire, des normes et des règles communes de vivre et bâtir ensemble le futur… »
Driss Benzekri

Conseil Consultatif des Droits de l’Homme Place Ach-Chouhada, B.P. 1341, 10 001 Rabat- Maroc
Tél : + 212 37 72 68 56
Fax : + 212 37 72 22 07


Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-stats.php3 on line 37

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/ecrire/inc_version.php3 on line 517

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/ierma/public_html/inc-stats.php3 on line 55