Royaume du Maroc - Instance Equité et Réconciliation  

Miracle à Errachidia ; par Fouad Laroui

C’était la semaine dernière, une soirée froide et pluvieuse. Je regardais sur la première chaîne de la télévision marocaine la retransmission d’une audition publique de l’Instance Equité et Réconciliation. Dans la grande salle de la municipalité d’Errachidia, il y a avait une ambiance de déjà - vu tant les témoignages sur les années de plomb se suivent et se ressemblent.

Et soudain, c’est le miracle. La caméra se braque sur une veille dame, une campagnarde très digne, vêtue des habits traditionnels des habitants du Moyens - Atlas. Elle prend la parole, après s’être excusée de ne pouvoir s’exprimer qu’en berbère. Elle commence à parler, d’une voix d’abord hésitante, puis de plus en plus ferme. Et tout de suite, moi qui ne comprends pas hélas, un seul mot de tamazight, je suis saisi par ce flot qui charrie les heurs et malheurs d’une vie vécue dans la crainte et la pitié. C’est une mélopée lente qui semble parler de ce temps lointain ou les Marocains ne s’aimaient pas.

La voix parfois s’enfle comme si la colère rompait les digues, parfois elle se réduit à un filet à peine audible, comme si le chagrin ne pouvait être qu’égrené à voix basse. Dans la salle, plusieurs personnes ont les larmes aux yeux et je suis sur que certaines d’entre elles, comme moi, n’entendent pas le tamazight mais enregistrement sans les frémissements du cœur.

Peut - on écouter une femme parler comme on écoute gémir un violoncelle ? Jusqu’alors, j’aurais considéré la question comme insolite ou inconvenante, selon les circonstances. Mais à Errachidia, les mots n’avaient plus de sens, seul comptait l’immense élan lyrique ou tragique qui engloutit tout quand c’est un maestro qui joue. Ou quand c’est un être humain qui ne joue pas, qui se livre sans fard et sans haine.

Apres la déposition, le silence règne sur la salle. Bien sur, il est hors de question d’applaudir, comme on applaudit jamais, dans les églises protestantes, après que se sont tus les derniers chœurs de la passion selon saint Mathieu. On se tait, on ferme yeux on médite l’agonie tragique d’un homme qui meurt sous la torture, qu’il soit jésus ou le mari d’une montagnarde illettrée. Ce soir- là, à Errachidia, la voix humaine atteignait à l’indicible, comme la musique de Bach.

Publié dans l’hebdomadaire, L’Intelligent du 20 au 26 février 2005

Imprimer Envoyer cette page Haut de page

« Il s’agit non pas seulement de partager la connaissance et la réappropriation du passé mais aussi de faire surgir dans le présent et le débat contradictoire, des normes et des règles communes de vivre et bâtir ensemble le futur… »
Driss Benzekri

Conseil Consultatif des Droits de l’Homme Place Ach-Chouhada, B.P. 1341, 10 001 Rabat- Maroc
Tél : + 212 37 72 68 56
Fax : + 212 37 72 22 07